Musique

Vous trouverez sur cette page mes compositions les plus significatives, triées suivant trois catégories : Compositions 8-bit, Compositions réelles, Compositions virtuelles.

Compositions 8-bit

 Cette catégorie regroupe l’ensemble de mes compositions “8-bit”. Mais tout d’abord…

Surnommé “Musique 8-bit” ou “Chiptune“, ce style de musique est originaire du monde de l’informatique et plus précisément de la synthèse informatique de sons.

La synthèse de son est une partie importante de la musique contemporaine, avec des compositeurs comme Pierre Schaeffer ou Pierre Henry – qui ont travaillé en détail la synthèse sonore et son rapport avec la musique, débouchant sur le mouvement que l’on a appelé la musique concrète. Ils sont d’ailleurs, quelque part, les ancêtres de la musique électronique que l’on connait aujourd’hui.

Il se trouve que la synthèse sonore a très tôt été utilisée dans l’histoire de l’informatique : dès 1951 on interprètera de la musique par synthèse sonore avec des ordinateurs pour un public. Cette synthèse sera très utile pour tout un tas de choses pratiques dans tout un tas de domaine : on connait tous les “bip-bip” que l’on entends dans le vieux films de science-fiction en présence d’ordinateurs, où le très célèbre “boup” du sonar.

Ce qui nous intéresse ici, c’est l’utilisation de la synthèse sonore dans le jeu vidéo. Très rapidement, les jeux vidéos ont voulu intégrer des sons pour améliorer l’expérience du joueur, et c’est avec la démocratisation de la pratique du jeu-vidéo et l’arrivée des consoles de salon en 1977 (avec l’Atari), que la synthèse sonore fut utilisée à grande échelle dans le jeu vidéo. En effet, les consoles pouvaient stocker et transmettre de la musique grâce à des puces électroniques – les fameuses chiptunes. C’est ainsi que ce qu’on a appelé la musique “8-bit” est née : Il s’agit d’une musique synthétisée destinée initialement à accompagner un jeu vidéo.

Cette musique est d’abord très utilisées dans les salles d’arcade, mais c’est l’Atari 2600 qui fera rentrer ces musiques dans nos maisons et marquera a jamais le monde du jeu vidéo. D’adaptation de musique classique avec ces moyens techniques à des compositions pour ces jeux vidéos – de véritables bandes originales, la musique 8-bits restera presque inchangée jusqu’au début des années 90 avec la sortie des consoles dites de quatrième génération et des puces sonores beaucoup plus puissantes.

Ainsi, les musiques que vous allez entendre sont majoritairement inspirées des compositions pour jeux-vidéos des années 77-90. Elles ne respectent pas les limitations techniques de ces consoles, comme l’obligation de n’avoir que 4 pistes simultanément, mais sont des recherches de sonorités proches de ce qu’on pouvait entendre – ou s’approche en tout cas de l’imaginaire 8-bit.

Bonne écoute !


Fanfaronnade pour duo de magiciens en Mi mineur

Wizardz

Composée en octobre 2012 et sortie le 03 novembre 2012 – dans sa version finale.

L’écriture de ce morceau à été inspirée par deux choses : Le chœur de la faculté d’Évry chantait le Stabat Mater D383 de Schubert, et l’Ensemble Vocal de l’université chantait le Credo RV591 de Vivaldi. L’influence de ces deux pièces est forte, en particulier du point de vue harmonique et sur la construction de l’accompagnement.

Le nom est une plaisanterie bien sûr : l’imaginaire 8-bit du morceau rappelle de vieux jeux vidéos, et le médiéval fantastique est un thème récurrent du jeu vidéo. Ainsi, il s’agit d’un tout nouveau style musical pour deux magiciens de jeu-vidéo, décrivant les deux fanfarons en train d’essayer de prouver à l’autre lequel est le plus fort.

Il y a deux très courts mouvements, tous les deux rapides. Le premier est une présentation des deux personnages, où chacun son tour les deux magiciens “jouent”. La seconde partie est un dialogue plus complet, un jeu de questions-réponses entre les deux magiciens, qui finissent dans leurs vantardises à ne plus s’écouter et à divaguer chacun de leur côté. Ils finissent cependant par faire la même chose, preuve s’il en est qu’ils sont aussi nuls l’un que l’autre.


Dance with the Stars

Stars

Composée en novembre 2013 et sortie le 1er décembre 2013.

Cette création est tout simplement basée sur deux accords qui m’ont hanté et me hantent encore aujourd’hui – il s’agit de F#min7 et de B7/F#. C’est un morceau que j’ai beaucoup aimé écrire, et écrire la mélodie sur ces accords a été une partie de plaisir. Je dois néanmoins avouer que ma partie préférée reste la mélodie qui s’articule autour du mi et du ré#, et qui joue beaucoup je trouve dans l’ambiance générale du morceau.

Le titre du morceau est venu bien après l’écriture, mais corresponds à ce que j’imaginais en réécoutant ce morceau. J’ai par ailleurs en projet de réécrire ce morceau pour qu’il puisse être joué par des instruments, et pour le complexifier.


 Egyptian trip

Hyeroglyphs

Composée en Novembre 2013 et sortie le 04 décembre 2013.

Composition écrite en parallèle de Dance with the Stars, mais de manière complètement différente : je voulais absolument écrire un morceau de dance/trance avec des inspirations égyptiennes, et ce morceau en est le résultat. Mon influence ici vient de SoLaRiS, un artiste que vous pouvez retrouver sur Jamendo.

Il faut cependant noter que les accords très aigus que vous pourrez entendre parfois ont une construction rythmique qui se veut proche de la partie piano de All Tomorrow’s Parties du Velvet Underground – que je trouve par ailleurs fascinante dans ce morceau.


Xaphos Zone

Xaphos ZoneComposée en Octobre/Novembre 2014 et sortie le 29 Novembre 2014

Voulant imiter au plus proche la musique de jeu vidéo de années 80, il me semblait obligatoire d’écrire une musique de shoot ’em up. Il s’agit ici d’un morceau très inspiré par les compositions de l’époque mais aussi par le rock et le hard-rock des années 80. L’influence vient aussi des musiques de Rush Coil dans son album 8bit Christmas.

J’essaye ici de décrire le déroulement d’un niveau de jeu vidéo avec la musique, d’où le passage plus sombre au centre. L’écriture à été plus longue que je ne le pensais, mais le résultat est à la hauteur des mes attentes.


Compositions réelles

Ici, plus question de musique synthétisée ! Il s’agit de mes compositions faites avec de vrais instruments, de vraies voix, et qui ont été composées sur les instruments.

Un poisson dans le dos

Un poisson dans le dos

Composée fin février/début mars 2012, sortie le 1er avril 2012.

Une collaboration avec Anymord, un vieux coupain du lycée. L’histoire de ce morceau est assez rigolote : je voulais revoir mon petit camarade après quelques années et nous nous sommes rencontré et avons papoté de tout ce qu’on avait fait entre-temps dans nos vies. Découvrant qu’il est finalement devenu ingénieur du son, nous avons décidé d’écrire, de composer quelque chose ensemble, et il est très vite apparu qu’on voulait tous les deux faire une seule et même chose : écrire un morceau de punk.

Ni une ni deux, on commence a écrire un morceau, on travaille sur l’harmonie, j’écris la partie guitare acoustique, la partie de basse, pendant ce temps mon camarade écrit les paroles, la structure. On discute de notre vision du morceau et on enregistre dans la foulée une petite maquette. Il est évident qu’il faut un solo, que je bosserai chez moi pendant la semaine. De même, il propose à un camarade batteur de venir enregistrer la partie batterie pendant la semaine. En fin de journée, tout est presque près pour une séance d’enregistrement la semaine d’après.

Pendant la semaine, notre ami batteur et lui enregistrent la partie batterie, et je reviens pour finaliser l’enregistrement, mon solo dans la poche. On enregistre tout dans la journée. Anymord s’occupe ensuite du montage et du mixage pendant trois semaines, et le 1er avril, le morceau sort.


Skyshore

Skyshore

Enregistrée le 15 Juillet 2014.

Il s’agit ici d’une improvisation à la guitare électrique où je voulais tester un émulateur d’amplificateurs et d’effets. Le nom vient principalement du côté aérien de l’improvisation. C’est un morceau long (7’22) mais je le trouve tellement reposant que je pourrais le réécouter pendant des heures !

L’idée est ici d’articuler des mélodies autour d’une gamme majeure, en accentuant parfois la partie “pentatonique”, et en rajoutant des blue-notes (Donc l’ambiguïté tierce mineure/majeure, quinte diminuée/juste et septième mineure/majeure).


 In your Eyes

In your eyes

Composée début Février 2014, diffusée le 15 Février 2014.

In your Eyes est un chanson d’amour destinée à une damoiselle et qui raconte ô combien ses yeux sont beaux. Les paroles on été un plaisir à écrire et la musique m’est venue assez simplement.

L’harmonie s’articule autour d’un accord de Gsus2 et d’une basse qui change la couleur de l’accord. Je pense que c’est ce qui dégage un côté très particulier à cette chanson, et j’aime beaucoup l’harmonie dégagée.


 Compositions virtuelles

Je regroupe sous le terme “Compositions virtuelles” les musiques utilisant complétement ou en grande majorité des samples et des sons synthétisés.

 Falling from Heaven

Falling from heaven

Composée début Février 2014 et diffusée le 25 Février 2014.

Falling from Heaven est une musique qui décrit l’exil et la chute d’un Ange. Il s’agit d’un mélange de musique classique et électronique.

La rythmique est volontairement proche d’une marche militaire et décrit bel et bien une punition presque martiale. J’ai cherché à représenter l’Ange humilié reculant face à ses anciens pairs avant de tomber dans un précipice entre les nuages. Lors de sa chute, il se remémore ses erreurs et son passé. L’utilisation de la boite à musique a ici une valeur sentimentale, décrivant sa nostalgie. Il se retrouve alors seul en des terres désolées avec pour seule compagnie cette boite à musique et ses souvenirs.

Mais l’histoire de cet Ange ne s’arrête pas là…


 March of the Losts

March of the losts

Composée début Février 2014 et diffusée le 25 Février 2014.

A la frontière entre soundscape, musique d’ambiance et musique classique, cette marche décrit une rencontre entre l’Ange déchu et une procession macabre dans les terres désolées, non loin d’une église abandonnée. Véritable marche, il s’agit ici de décrire le sinistre cortège qui défile sous ses yeux, avançant d’une pas décidé au son des trompettes et des tambours.

Qu’arrivera-t-il à l’Ange après cette rencontre ? La réponse arrivera un jour peut-être !


 Interstellar blues

Interstellarblues

Composée fin Janvier/début Février 2014 et diffusée le 7 Février 2014.

Un nouveau mélange entre soundscape, musique d’ambiance et cette fois blues. Il s’agit ici de décrire l’envie de se divertir alors qu’on est dans un long voyage interstellaire qui semble ne jamais arriver à sa fin.

J’ai principalement écrit ce morceau pour écrire un solo d’Orgue Hammond – ou en tout cas un instrument qui y ressemble. Je suis assez content du thème et du solo, ainsi que des idées développées dans ce dernier. L’ambiance très particulière dégagée est je trouve adaptée au huis-clos futuriste qu’est un vaisseau spatial. J’imagine un orchestre de mécaniciens jouant face à une baie vitrée et admirant l’espace entre deux routines de maintenance.


 Clouds of hope

Clouds of hope

Composée en Janvier 2014 et diffusée le 20 Janvier 2014.

Musique électronique à l’influence indienne, c’est l’une de mes premières compositions non 8bits. L’inspiration vient principalement de SoLaRiS et Battlestar Galactica ( avec A shape of things to come, de Bear McCreary ), et une partie de l’harmonie est aussi inspirée de Music for the Funeral of Queen Mary de Henry Purcell.

L’utilisation d’instruments indiens à été un plaisir, c’était en effet une envie que j’avais depuis de années. Alors, à défaut de jouer du sitar, j’ai pu écrire une mélodie pour cet instrument !

La structure de ce morceau est un peu particulière dans le sens où la progression harmonique avance toute le temps. Il y a en effet un enchainement de 5 accords, et la mélodie est faite pour s’enchainer et ne jamais avoir de fin.


 Saxamba

Saxamba

Composée fin Mars/début Avril 2014 et diffusée le 7 Avril 2014.

Saxamba est un premier pas dans l’écriture Jazz sud-américain avec un forte touche electro-swing.

C’est l’un des morceaux avec lequel j’ai eu le plus de difficultés et le résultat s’en ressent. Je me suis quand même beaucoup amusé à écrire ce morceau, et plus particulièrement l’écriture de la basse et de la mélodie au saxophone m’a vraiment beaucoup plu.

La partie piano a principalement été inspirée par la reprise de Señor Matanza de Mano Negra par Ska-P, qui est l’un des rythmes latin que j’aime le plus.


 Red Cloud

Red Cloud

Composée fin Janvier 2014 et diffusée le 2 Février 2014.

Un mélange électro-rock-classique à nouveau, avec des mélanges de sont très particuliers : Une boite à musique, un orgue, une batterie, une basse, et des sons synthétisés. Ce morceau a encore une fois pour thème l’espace, et parle cette fois d’une station spatiale dans un nuage de poussière rouge non loin d’une étoile. Il parle de la solitude de ses habitants, de la nostalgie de leurs planètes, mais aussi de toutes les choses merveilleuses qu’ils font chaque jours – for science !

Le thème est donc bien mélancolique et merveilleux, et il s’agit probablement d’un des thèmes que je préfère dans toutes mes compositions. L’accompagnement est aussi volontairement grandiloquent, cherchant à dépeindre l’espace, gigantesque et presque oppressant.


 Les oiseaux du soleil

Oiseaux du soleil

Composée en Juin 2014 et diffusée le 25 Juin 2014.

Petit hors-sujet musical, ce Zouk est inspiré d’un morceau de La Compagnie Créole – un de mes plaisirs très coupable – nommé Le Diable dans la maison ainsi que de ma découverte du steeldrum. En effet, j’ai assisté en Juin à un concert d’un steelband français en festival et la sonorité de l’instrument m’a immédiatement plu.

Il s’agissait ici de s’amuser à écrire un zouk, et donc de chercher à trouver les éléments caractéristiques du zouk : la basse, la batterie, et une guitare très rythmique. De même, la mélodie chantée est proche de ce que j’ai pu entendre en Zouk.

La partie steeldrum a aussi été vraiment rigolote a écrire, et l’enregistrement de la guitare et de la voix a été un plaisir : il était impossible de ne pas danser pour rentrer dans l’ambiance. Les paroles sont volontairement parodiques et comiques, rappelant ça fait rire les oiseaux dans le thème abordé.


 Dance like an egyptian

Dance like an egyptian

Composée en Mars 2014 et diffusée le 30 Mars 2014.

Écrite en parallèle avec Saxamba, ce morceau m’a permis de m’aérer un peu l’esprit d’un point de vue complexité. Orienté danse/electro, ce morceau est encore une fois d’inspiration égyptienne.

Le nom du morceau est bien évidemment une référence à Walk like an Egyptian de The Bangles. L’écriture tourne autour de la seconde mélodie, d’où vient le thème et la basse.